• alt text
Réalisatrice : Narjiss NEJJAR
Chef opérateur : Maxime ALEXANDRE
Ingénieur Son : Taoufik MIKRAZ/Patrice MENDEZ
Montage : Julien FOURE

Comédiens :
OMAR LOTFI
NADIA KOUNDA
NADIA NIAZI
SIHAM ASSIF.

Télécharger la fiche complète

L'AMANTE DU RIF

AYA a vingt ans.
Elle est belle, brune, ténébreuse, parfois ingénue et souvent rebelle.
Elle n'a de rêve que l'amour, sublimé et fantasmé à souhait.
Elle partage avec sa voisine et confidente, RADIA, un carré de terrasse en surplomb de CHEFCHAOUEN et ses ruelles bleues.
Sa cousine, étudiant le cinéma en France, arrive un jour avec une caméra au poing et une cassette de CARMEN l'opéra de Bizet.
AYA s'incarne alors en cette figure de proue, libre et incandescente et s'invente un prince charmant à l'allure illusoire, trainant son insouciance au milieu des volutes de kif, Ses deux frères travaillant pour un « gros trafiquant de Hashich ».
Sa route croise la sienne un matin d'Avril et sa vie entame peu à peu sa descente en enfer.
Son frère ainé, par le biais d'un subterfuge savamment orchestré, la met dans les bras de son boss, en échange d'un lopin de terre pour cultiver son herbe.
AYA sera abusée par deux fois.
La première, dès lors qu'elle aura conscience de son statut de « Chair monnayée ».
La seconde, lorsque sa meilleure amie RADIA, devant la fortune ostentatoire du « Baron », extorque l'argent à ce dernier dans un accès de jalousie et de cupidité.
Il s'ensuivra une scène, où prise en défaut, RADIA se défenestre.
la famille accuse alors AYA, de cet acte supposément prémédité.
Le jugement tombe comme un couperet.
Dix années d'emprisonnement.
Chefs d'inculpation : complicité/ Association de malfaiteurs et tentative d'homicide volontaire.
La campagne d'assainissement contraint la justice à rendre caduque tout appel.
« Le baron » lui, soudoie les pontes et s'échappe en Europe.
La mère de AYA, dont l'époux fatigué manœuvre sur des chalutiers Espagnols, se battra seule pour réduire la peine de sa fille.
Un combat digne mais vain.
Les portes claquent.
Voisins, amis et famille sont aux abonnés absents.
Et tandis que doucement AYA s'acclimate au milieu carcéral, la mère sombre et se terre.
Les années s'étiolent, et le frère cadet, parti rejoindre son père, revient avec une solution qui augure d'une autre tragédie.
Il propose à sa sœur d'épouser un émigré Marocain, handicapé moteur, afin de l'arracher au Maroc et ses fantômes récurrents.

AYA disparaitra le 23 Juillet 2003.
Elle laissera un témoignage enregistré de sa courte vie accidentée