Réalisateurs : Narjiss NEJJAR & Mohamed ACHAOUAR

Comédiens :
MAJDOULINE IDRISSI

Mazmazel KAMELIA

Le bac en poche, Kamal quitte son Douar pour la ville dans le but de s’inscrire au conservatoire d’art dramatique, au grand dam de son père mais avec l’assentiment de sa mère.
A Casablanca, Kamal s’installe chez sa sœur aînée, mariée très jeune à un fonctionnaire des PTT .
Kamal subit les affres de son beau-frère qui le méprisait ouvertement. Ombre fantomatique qui le talonnait, tentant d’étouffer en lui toute velléité de liberté.
Cependant, Les espoirs fous de l’un heurtèrent les renoncements de l’autre, et Kamal fut mis à la porte avec ses deux valises élimées.
Il erra une journée entière, passa des coups de fil infructueux à des propriétaires soucieux de ne concéder de location qu’à de jeunes cadres bardés de diplômes, aux comptes en banque tout aussi conséquents.
Il atterrit, las, au conservatoire et épluche les petites annonces, écrites par des mains malhabiles et quelque peu confuses, sur des carrés de papier punaisé sur du contre-plaqué.
L’une d’elle attire aussitôt son attention.
« JEUNE FILLE, ETUDIANTE, DE BONNE FAMILLE, CHERCHE A SOUS LOUER UNE CHAMBRE A JEUNE FILLE PROPRE ET AIMANT LES ANIMAUX.
PETIT LOYER CONTRE TACHES MENAGERES. »
L’instinct de survie se mit en branle, balayant d’un revers les difficultés d’une entreprise aussi peu censée. Kamal n’était pas homme à se laisser intimider par le destin. Un toit si peu cher payé ! Se déguiser en femme ?, Ce n’est qu’un costume après tout ?, Une autre peau à enfiler ?, Un jeu d’enfant pour le comédien aux mille et une facettes qu’il était. Ce serait le grand rôle de sa vie. Mais il ignorait cependant que la vie ne se joue pas en trois actes. Et le rideau se leva sur une édifiante imposture.